Quel est le terme utilisé pour signifier qu’une blockchain se sépare ?

Vous avez probablement souvent entendu le terme fork utilisé dans le monde des crypto-monnaies, mais vous ne savez pas ce qu’il signifie. Vous êtes au bon endroit pour découvrir sa définition.

Définition du terme fork

Commençons par interpréter le mot fork, qui est souvent utilisé en informatique et en gestion de projet. Ce terme est utilisé pour désigner une fourche, c’est-à-dire une scission en plusieurs branches. Il fait référence à une blockchain scindée en deux chaînes distinctes au niveau du protocole.

Un fork peut être le résultat d’une scission dans les règles de consensus, ce qui est connu comme un hard fork. Il s’agit d’une scission dans la chaîne qui est généralement permanente, comme le définit le terme hard fork. Le terme hard fork est également utilisé pour décrire un changement de protocole indésirable qui peut conduire à ce type de fork en conséquence d’une divergence dans les règles de consensus. Par ailleurs, le soft fork est une modification rétrocompatible du protocole qui a le potentiel de créer un fork uniquement si elle n’est pas mise en œuvre par la majorité de la puissance de calcul du réseau.

La blockchain et ses dérivés

La blockchain qui sous-tend une crypto-monnaie est généralement une chaîne de blocs. Chaque bloc contient un ensemble de transactions qui ont été validées en étant enchaînées les unes aux autres. Un validateur vérifie chaque bloc en appliquant l’opération de la chaîne sur le bloc précédent.

La validation des transactions Bitcoin est réalisée par la méthode de preuve de travail, qui a été décrite pour la première fois par Satoshi Nakamoto dans son livre blanc sur le bitcoin. Le mineur doit démontrer qu’il a investi des efforts en trouvant la solution à un problème mathématique pertinent pour le contexte. Le mineur distribue ensuite son bloc aux nœuds du réseau pour vérification.

Toutefois, il n’est pas interdit à un mineur d’ignorer un bloc et d’attacher le sien à un bloc antérieur : cela donne lieu à ce que l’on appelle un fork ou une branche de la chaîne. Cette bifurcation peut être plutôt bénigne : si deux mineurs découvrent chacun un bloc en succession rapide, ils publieront simultanément leurs solutions en toute bonne foi. Elle peut également résulter d’un acteur malveillant qui tente d’entraver une transaction incluse dans le bloc précédent.

Dans chaque cas, cela pose un problème sur le réseau car les deux blocs sont considérés comme valides par le protocole. Nous devons prendre des précautions pour les séparer.

Consensus et bifurcation

Selon le livre blanc Bitcoin de Satoshi Nakamoto, une règle simple s’applique : la chaîne la plus longue (c’est-à-dire celle qui a le plus de travail accumulé) doit être choisie par le réseau.

Lorsque deux chaînes ont la même longueur, un conflit survient lorsqu’un nouveau bloc est trouvé. Le réseau accepte la chaîne la plus longue (qui est généralement celle qui contient le plus de blocs) comme valide.

Le bloc de la chaîne la plus courte est invalidé. Cependant, il est conservé par tous les nœuds connectés du réseau dans le cas où cette chaîne dépasserait l’autre.

Si les mineurs découvrent un bloc orphelin, la difficulté se réajuste immédiatement pour que tous les blocs découverts par la suite soient également ajoutés à la chaîne. Les blocs rejetés de cette manière sont connus sous le nom de blocs orphelins sur le réseau Bitcoin, et heureusement, ils deviennent de plus en plus rares. Vous pouvez en consulter la liste sur BitcoinChain.com.

Cette notion permet aux nœuds du réseau de se mettre d’accord sur le registre correct, et donc de parvenir à un consensus. La méthode de preuve de travail est appelée algorithme de consensus de Nakamoto car elle suit ce principe.

Cependant, la principale différence est qu’ici, chaque bloc nouvellement généré doit être vérifié à la fois par les mineurs et les stakers. Si cela n’est pas fait en temps voulu, cela empêchera les nouveaux blocs d’être ajoutés à la chaîne et provoquera l’arrêt de tout le système.

Les confirmations

La règle de la chaîne la plus longue est à la base du mécanisme de consensus de Bitcoin. C’est pourquoi, avant de considérer une transaction comme définitive, il est vital de déterminer dans quel bloc elle se trouve. En effet, la chaîne peut être réorganisée à la suite d’une attaque à 51 %, nécessitant la moitié de la puissance de calcul du réseau.

Une confirmation est l’inclusion d’une transaction dans un bloc. Le nombre de confirmations fait référence au nombre de blocs qui devraient être écrasés pour supprimer la transaction. Une confirmation est généralement suffisante, mais il est préférable de ne pas s’y fier. Sachez qu’après six confirmations, une transaction est considérée comme irréversible. Cependant, une confirmation est généralement suffisante dans la plupart des cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.